Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 octobre 2006

Oui je sais on est pas mercredi

Seulement, mercredi et jeudi j'ai pas eu le temps, vendredi j'étais trop crevée.

medium_loup4.jpgBon alors en résumé :
Mercredi - Ludivine et moi on est allé à Descartes après les cours, j'y ai acheté Muchkin. Ensuite on est allé au MacDo' j'ai bu une bière pour clore le menu américain de base. Ensuite nous sommes allées à la soirée de rencontre étudiante franco-japono-chinoise. J'ai pris un cocktail qui s'appelait 'sex on the beach' et j'ai pensé à mamour qui aime faire des cocktails. Surmontant mon aversion bornée pour ce détail amer (et relativisant vachement beaucoup mieux grâce à ma bière) j'ai essayé d'amadouer le barman pour qu'il me file la recette. Il n'a pas voulu mais j'ai les ingrédients, faut que je cherche. En tout cas c'était vachement bon (mauvais ou pas j'aurais bu de toute façon, pour le nom et parce qu'il m'a coûté 6€.)
A une table nous attendons de voir arriver les Japonais. Deux Asiatiques entrent, un garçon et une fille. Ayant une phrase préalablement élaborée en tête je vais accueillir (toujours encouragée par l'alcool) ces deux Orientaux et commence à parler en japonais.
Pas de bol, vous l'aurez deviné, c'était des Chinois. Héhé, Video Gag.

medium_DDS2006.jpgAprès arrivent les Japonais en même temps que les LLCE correspondant toutes années confondues. Ludivine et moi sommes douchées par tant de monde et par une musique assourdissante. Nous ne nous entendons déjà point, alors comment entamer raisonnablement une conversation avec l'étranger quand on doit se dire qu'on est forcé de hurler ?
Heureusement une fille de la classe a été sympa et nous a présentées à deux jeunes japonaises très sympathiques. Résultat j'ai beaucoup (bu, non, que mon verre de 'sex on the beach') plus parlé que Ludivine malgré la musique. Même notre lecteur d'Oral2 du mardi matin, monsieur I. est venu parler avec nous. Il a répété à la jeune japonaise, au nom inconnu pour cause de musique, que j'écrivais, que j'écrivais 300 pages en un an, du fantastique en plus. Clair que je l'ai impressionné, ou il se fout de ma gueule, je préfère songer à la solution A. En tout cas il parle avec moi, d'une drôle de façon et sur quelque sujet qui me fait me demander "mais, il me drague ? Nan, j'me fais un film".
Plus tard j'apprends que Ludivine s'est posée exactement la même question.
Je vous rassure, mon film s'est cassé la gueule jeudi soir. Snif.
Je sais que je suis vouée à mourir seule par overdose à 60 ans sans jamais avoir connu l'amour. Amen.
Et vous là derrière, marrez vous de la futilité de cette phrase si vous voulez, de toute façon j'vous emmerde.

Ensuite on est rentré chez moi, on a regardé Down Periscope, Ludivine a bien aimé (héhéhéhé) et on a dormi. Lendemain petit déj', Muchkin et byebye à demain.

medium_2001_2_02.jpgJeudi rien de rigolo, il a fait un temps de merde, à part le petit déj et Muchkin, sauf que j'ai fait mon sakubun (devoir d'expression écrite). Je me suis emmerdée comme un rat mort en littérature aussi.
Madame G, vous me manquez, vous savez ? Ah, qu'il était doux le temps où vous nous lisiez Amphytrion ou je ne sais plus quelle pièce, avec le bon ton et que vos cours débordait de votre voix entraînante et vos notes d'humour.
Un jour j'aurai assez de courage pour vous passer un coup de fil. Priez mes frères.

Vendredi contrôle de kanjis des leçons 1 à 4. No comment, le stress vous fait avoir de ces oublis... Ensuite cours avec mister R. Bouddhisatva local. Ah, j'ai dû me lever à 6h30 quand même, argl, café s'i ou plait ! J'ai écrit aussi avec le stylo que tu m'as offert, Alex. Mais je dois mettre de la glue sur la languette du clip du capuchon car ça se décolle.

Voilà, the end. J'vous laisse avec le mickey, et à deux mains si vous l'voulez bien !

P.S : aaaaah *o* vive le rugby !! +o+ +__+