Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 septembre 2006

Le bel étudiant, la gamelle et l'argument (the good, the bad & the ugly)

Y'a des jours on se dit que le karma c'est quand même quelque chose.

Française, Français, Belges, Belges, mon Président, mon chien, monsieur l'avocat le plus bas d'inter (hum, c'est pas ce 'mot' là mais je sais plus comment le vrai s'écrit), mesdames et messieurs les jurés, publique chéri mon amour.

Bonjour ma colère, salut ma hargne et mon courroux, coucou.

Je commence ma journée par un glorieux "it's jungle around here" de Randy Newman que Monk n'aura de cesse que de faire battre à mes oreilles par l'intermédiaire peu réjouissant de mon téléphone portable qui se prend pour un, certes très pratique, réveil matin.


medium_1125243321_352en.gifJe rappelle en passant que nous sommes encore mercredi et qu'à ce titre, puisque la fac a repris, je reprends, moi, mon rythme de la note du mercredi. Mais ça ne sera plus pour me plaindre de F. ou de cette journée qui me faisait 12h d'affilées (6h30-18h30) et plutôt parce que le mercredi j'ai à présent 4 heures à tuer entre le cours de lecture de texte et celui d'expression écrite avec madame S. Je ne mets pas les noms en entier car j'ai fini par tilter il y a peu qu'il valait mieux respecter l'anonymat dans ce monde ou une attaque en justice est si vite arrivée.

Donc Carole est coupable.

Je commence maintenant au risque d'oublier plus tard parce que je suis fatiguée et que mon niveau de renâclement sur sujet agaçant est limité sauf avec participants.
Mais prenons les choses, non pas celles là, dans l'ordre.

Le bel étudiant.

medium_blond_on_my_mind.jpgAlors, enfin libérée du cours de 2heures de lecture de textes, avec Ludivine nous partons rapidement et battons les larges dalles semi marbrées du couloir extérieur. Là un stand sur la droite, juste avant le tournant vers la cour et le tram. Un beau garçon au teint noir et aux cheveux secs bouclés, qui dépasse allégrement mon pauvre mètre soixante (il commence bien +_+ giiih), habillé tout de noir dans un style métallisé avec des anneaux qui pendent de partout, et avec les yeux marron clair chaud (il a piqué les yeux de mon Dick Tracy personnel qu'est Philippe Valoric dans Rose's Mask 2 et 3), de très beaux yeux cela dit (la phrase est longue c'est fait exprès) se met devant nous et dit d'une voix douce et ronde qui me fait m'arrêter comme une délicate brebis naïve : "bonjour, comment tu t'appelles ? Moi c'est X (c'est con, j'ai vraiment oublié son nom)." En me regardant moi et aussi Ludivine, je crois.
Mes yeux le regardent de bas en haut avant que mon cerveau ait le temps de hurler "naaaaaaaaan" et je me dis "ah, j'adore ses fringues". Je lui souris aimablement, passée en mode Toréador, et je lui donne fièrement mon prénom avant de me tourner vers Ludivine qui était derrière moi du coup pour lui donner le sien. Mais Ludivine regardait autre chose.
medium_clint-eastwood-aaa.3.jpgCe charmant garçon qui de ses simples yeux à la couleur très intéressante (ils avaient vraiment une belle couleur rehaussée par celle de sa peau) et aidée de sa voix agréable me fait me croire dans la 4ème Dim des chaussettes volantes avec une forte envie de me montrer soudain capable d'une grande sociabilité (je suis superficielle, je sais) me présente ce qu'il fait ici. Le stand est ce stand où ils 'vendent' des abonnements de magazines avec des réductions pour les étudiants. J'avais déjà eu l'expérience en 1ère année sans en profiter.
Il me demande ce que je fais comme études et ce que je compte faire après, je lui dis que je suis en 3ème année de LLCE japonais mais que je compte m'arrêter à la licence et faire quelque chose d'autre parce que mon but c'est d'être soit dessinatrice soit écrivain voire les 2 comme j'écris beaucoup.
Il a l'air impressionné et me dit "wouah" et que c'est très bien. Puis il démarre sur les magazines susceptibles de m'intéresser. D'abord Ecrire, avec des conseils, des analyses de style, ect. C'est celui-ci que j'ai choisi au final et c'est le moins cher.
Je suis très contente de parler avec un garçon sympa aux premiers abords, mais Ludivine part parce qu'elle doit manger (et puis c'est moi qui suis harponnée). Le jeune homme me remplit un bon de commande et m'en donne la copie, je lui pose la question du payement et il me répond toujours de sa voix douce à vous faire hurler à la lune par temps de pluie que c'est par chèque et que je dois recevoir une facture sous peu. Je le complimente sur son style vestimentaire qui est très sympathique (j'ai regretté de ne pas avoir d'appareil photo intégré pour le prendre en photo pour dessiner ses fringues). Puis je pars, il me dit "au revoir Aurélie". Je suis une petite couillonne contente d'entendre mon prénom par une si jolie voix.

La gamelle.

Je rentre à St Genès, et sur la route pavée de St Genès, je me casse encore la gueule pour la seconde fois consécutive cette semaine.
C'est plus des genoux que j'ai, ce sont des bosses.

L'argument.

Kao 1 - Carole 0

Je vous conte ceci rapidement parce que pour les raisons citées plus haut. :P
15h30, cours d'expression écrite. Carole se met devant en prenant par défaut le fait que nous ('nous' signifiant Ludivine et moi) allons la suivre, moi je veux aller vers le fond parce que j'ai l'appréhension de l'interrogation et parce que, aussi, au fond y'a Marion et Hélène. Pour ne pas planter là Ludivine, je lui propose de me suivre, ce qu'elle fait.

medium_Anarch_s_kiss.jpgNous sommes donc derrière Marion et Hélène durant un petit moment de tranquillité, jusqu'à ce que Carole, qui est entrée en mode coq de combat, nous rejoigne.
Une fois assise, elle attaque.
Comme je n'attendais que cette ouverture pour lâcher mon courroux, ma hargne et ma colère (ça fait beaucoup de Bêtes à nourrir), je me défends et je riposte.
Alors j'ai oublié le début, ce dont je me souviens c'est qu'elle a réussi à m'énerver et me faire souffler par le nez comme un taureau (ça tombe bien, je suis Toréador) à grands coups de phrases égoïstes et hypocrites.
Faut savoir que Carole pense de la manière suivante : "JE suis la plus malheureuse donc les autres allez vous faire cuir un oeuf, ça ira mieux après."
Moi je pense à l'opposé : "j'ai pas à me plaindre parce que y'en a d'AUTRES qui sont en fauteuils."
medium_drac.2.gifCe sont deux manières très faciles de penser sa souffrance par rapport à celle des autres. N'empêche que la mienne est plus empathique. Même si elle s''arrange' parce que j'ai pas envie de me montrer compatissante envers Carole quand celle-ci sort à Ludivine dans mon dos, au sujet du jour où en littérature elle m'a sorti le fatidique "t'as payé la prof pour avoir 'très bien' ?!" Et a monopolisé la conversation avec Lorenza juste après durant tout le trajet dans la nuit à pied à partir de Forum. Donc disais-je, j'ai pas envie de me paumer dans de la compassion de fond de tiroir quand Carole sort à Ludivine à ce sujet quelque chose comme "j'ai pas de temps à perdre avec la pauvre petite Aurélie, faudra bien qu'elle s'y habitue, moi aussi j'ai des problèmes !"
Donc Carole est coupable de me blesser et de s'en battre les couilles qu'elle n'a d'ailleurs pas. Car même en lui ayant dit le pourquoi du comment, les excuses sincères je peux me les carrer où je pense.
Pour en revenir au jour dit de l'argument. Carole dit qu'on sait très bien qu'elle a besoin de nous pour les cours (Ludivine plutôt) et rajoute (pour esquiver les foudres de Ludivine) qu'elle nous suit parce qu'elle tient à Ludivine et que c'est son amie.
Tous en choeur, mesdames et messieurs, gaussons nous bassement de cette réplique.
medium_Ecat.gifJe réponds que Ludivine aussi n'a pas envie d'être avec elle. Je pense après 'oups, Ludi' m'avait dit de ne pas la mettre sur le tapis, balle au centre.'
Je précise qu'à cette table il y a moi, puis Ludi, puis Carole.
Carole postillonant ses réponses à l'autre bout de la table, tête basse, je n'entends pas ce qu'elle dit, ou si mal. Ce qui m'arrange car je reste plutôt calme encore. (Mais j'ai foutu de l'encre partout sur mon calepin en faisant tomber mon poing sur la table par un geste exaspéré.) J'entends vaguement au final un "de toute façon t'es trop conne".
Mon esprit ricane car j'ai gagné la scission et la balle de match sur cette insulte dénuée de subtilité.

Durant toute la dispute, Marion et Hélène se tournaient vers moi, souriantes, et oui je suis Toréador mes demoiselles, quand je pète c'est spectaculaire. J'ai les félicitations de ce petit public.

Voilà, sur ce je vais bisouter ma princesse en pouvant me dire que l'amitié c'est comme le jardinage : c'est pas avec une terre sèche qu'on fait de beaux rosiers.

Commentaires

Je me demande si ce que tu as orthographié "bas d'inter" n'est pas une référence à Badinter... je ne me rappelle plus +_+
Quand même, tu enjolives vachement le scénario u_u désolée de te faire tomber de ton nuage, mais il y a des choses fausses dans ce que tu dis (pas vraiment dans l'argument à proprement parler, mais dans son introduction)... Tu te sens pousser des ailes, je suppose XD Mais, si je ne savais pas à quel point tu es ravie et tu ne penses pas à mal, je serais extrêmement vexée de tout ce que tu m'as oubliée ou transformée dans ce récit. u_u
Mais, je rassure tes lecteurs, ça n'enlève rien au gros du récit : Kao' a brillament triomphé de l'oppresseur, et est prête à remettre ça dès que l'occasion se présentera.

Écrit par : Marion | jeudi, 28 septembre 2006

*petite précision : viens de sortir de...ces draps :p*
Me faudrait plus de précision sur cette carole mais en tout cas, 'suis fier que tu l'ais envoyé chier XD. J'n'aurais pas eut de meilleurs attention. *gros bisoux pendant que roci à le dos tourné puis "chic and" run avant qu'elle sorte sa massue.*
Gniiiiirrrrrfffff!

Écrit par : Ezal Taicha | jeudi, 28 septembre 2006

Marion : arg, mais non mais non !! >_< Je suis sénile précoce, rappelle toi, je n'occulte pas intentionnellement.

Alex : mouarf, merci chaton XD

Écrit par : Lia | jeudi, 28 septembre 2006

Mais je sais u_u (voilà, je passe pour une méchante) au contraire, c'est mignon ces déformations involontaires ^_~

Écrit par : Marion | jeudi, 28 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.